Oct 5, 2005

Posted by in Thailande | 0 Comments

2nd voyage au Laos (part 2)

Après une arrivée à l’aéroport d’Udon Thani dans d’atroces souffrances (hum… Non ça c’est juste pour l’effet de style), faut aller prendre le bus pour Nong-Kai et aller à la frontière.

Bon le premier constat c’est que la station de bus elle est pas tout à côté de l’aéroport, donc faut y aller avec une navette ou bien se faire ramasser par quelqu’un (ce qui a été le cas de la plupart des gens). En route vers la station, on croisera un bovidé qui traverse au beau milieu d’un carrefour, mieux vaut être prudent! Arrivé à la station, j’ai du bol car mon bus est sur le point de partir donc j’ai à peine le temps de monter dedans pendant qu’il est bloqué à un feu, payer les 25 bahts pour Nong-Kai et attendre… Pas d’air conditionné à l’intérieur, mais une vingtaine de petits ventilateurs fixés au plafond du bus et tournant sur eux-mêmes. Avec la vitesse et les fenêtres ouvertes on se prend de belles rafales de vent et je crois que j’ai eu droit à une nouvelle coupe de cheveux lorsque le bus s’est arrêté. 😉

On a fait un petit arrêt dans une ville pendant une vingtaine de minutes, le temps aux gens de se prendre un petit dej, de se dégourdir, et aux passagers d’arriver également. On voit des boutiques « internet access » aux facades complétement démolies, ça paie pas d’allure comme ça. Un marchand jouant avec son chat et pas mal de petits déjeuners préparés maison servis. Le petit déjeuner maison c’est un sac en plastique qu’on remplit de lait de soja, on y rajoute des épices et pas mal d’herbes récupérés dans des sachets divers, on le ferme et voilà!

Sur la route de Nong-Kai, on croise pas mal de petits vendeurs dans les rues, des écoles au beau milieu d’un champ (sisi, il y a un arrêt de bus à côté), et quelques arrêts. Au bout d’une heure, on s’arrête à un tournant où cinq ou six tuk-tuks se mettent à brailler « lao lao! ». Des gens en destination du Laos descendent ici. J’hésite un instant mais je préfère continuer jusqu’à Nong-Kai et y prendre mon Tuk-Tuk là bas, plus calmement.
A Nong-Kai, un chauffeur de Tuk-Tuk se met justement à courir quand il voit le bus arriver, saute dedans et demande qui va au Laos. Ok ce sera mon Tuk-Tuk.

Il insiste pour me faire aller faire le visa dans une boutique mais au bout de vingt explications que je lui explique je préfère le faire sur le bridge, il finit par me foutre la paix et m’emmène où je lui ai demandé de m’emmener.

Sur le pont pas grand chose à raconter… Au cours du trajet dans le bus sur le pont, un lao engage la conversation avec moi (en lao mais la plupart des mots sont similaires au thai), il me demande si les deux touristes devant sont mes parents, et on parle de ce que je fais, mon age, si ça me plait, …
De l’autre côté je veux changer mes anciens kips (monnaie du laos) en bahts… Ce fut une véritable épreuve de force. Le type voulait que je lui explique pourquoi, si j’avais assez de kips pour être au laos, si j’étais sûr, et m’a demandé de lui montrer mon passeport. Bon ok au final il me fiche enfin la paix et me donne ce que je lui ai demandé, en rechignant encore… Pas croyable ça…

Ceci fait, je prend un taxi vraiment vétuste: les fenêtres ne tiennent plus en place, elles sont coincées avec des mouchoirs et levées et baissées à la main, le moteur semble bien usagé et il y a même une odeur d’essence qui rentre dans la voiture. Je me demande si on arrivera à Vientiane mais il semble qu’elle ai tenu le choc.

Malheureusement… C’est une fois arrivé que je vois que j’ai peu de temps devant moi et qu’il faudrait mieux retourner prendre l’avion sans tarder.

A suivre…

Leave a Reply


Parse error: syntax error, unexpected ';' in /home/clients/b17db511a1e1f64f03298066c7b1cd0d/web/wp-content/themes/Glow/footer.php on line 6