Oct 2, 2005

Posted by in Thailande | 0 Comments

2nd voyage au Laos (part 1)

Après 3 mois, il est temps encore une fois de renouveler le visa! Ce qui signifie qu’il va encore falloir passer par la frontière et revenir. Bon, on ne change pas les habitudes, ce sera le laos, par le friendship bridge à nouveau. En revanche, cette fois-ci ce ne sera pas du train à l’aller et car au retour, mais simplement en avion. Voici ici un petit détail de mon aller vers le Laos, le retour viendra ensuite.
Je préviens dès maintenant que cette fois-ci, je n’ai pas vraiment de clichés intéressants, j’ai préféré simplement noter mes impressions.

Le réveil fut assez difficile, à 3h du matin, 30 minutes pour se préparer et ensuite aller chercher un taxi dans la rue. Je craignais de ne pas en trouver, eh bien au contraire il y en a un paquet qui roulent à cette heure-ci! En revanche pour les heures de nuits ils sont souvent réticent à mettre le meter. Je sors de chez moi, marche en direction du soi, et là je vois des types qui gesticulent. Une nouvelle danse? Des alcoolos qui se font une petite fête?
Non en fait c’était des chauffeurs de taxi qui m’avaient repéré. On me demande « where do you go? ». Bon surtout ne pas avoir l’air trop touriste sinon je vais payer le prix fort, je leur répond donc en thai que je vais à l’aéroport. L’un d’eux me prend donc dans son taxi, à ses amis qui lui demandent où je vais, il fait un grand geste du bras très expressif qui doit représenter un avion qui décolle. La première chose que je vois une fois rentré dans le taxi, c’est qu’il commence à débrancher son clignotant « en service ». Je lui demande donc (en thai toujours) s’il a le meter, oui il l’a, mais il me demande alors « 200 bahts ok? ». Pas moyen, je veux meter ou rien du tout. Ok finalement il cède et l’allume avec un soupir (eh oui, d’une part ce sera moins cher, et d’autre part il n’aura pas l’argent pour lui seul car il va devoir en reverser à la compagnie de taxi).
Le trajet est plutôt calme, il me demande où je vais, je lui répond donc que je vais aller à Udon Thani puis au Laos pour renouveler mon visa. On passe par l’express way, je paie donc pour le passage et au bout d’environ 15 à 20 minutes de route, nous arrivons à l’aéroport domestique. Ok, je le paie, avec un petit pourboire quand même pour le remercier, il est maintenant temps de s’occuper de l’avion.

L’aéroport domestique est en fait juste à côté de l’aéroport international, une passerelle les reliant (il faut parcourir environ 500m sur cette passerelle pour aller de l’un à l’autre). A noter que l’aéroport international déménagera très bientôt au sud de Bangkok, le jour même de mon voyage ayant eu lieu un vol d’essai à ce dernier. On parle même d’une fête du nouvel an sur le nouvel aéroport avant son ouverture (photos du vol d’inauguration de l’aéroport de Suvarnabhumi par The Nation). A mon arrivée tout semble fermé, on commence simplement à ouvrir les portes. Je suis donc assez surpris de découvrir qu’il y a déjà du monde à l’intérieur mais ils ont du passer par l’aéroport international. Tout est silencieux, guichets fermés, lumière tamisée, l’aéroport n’est pas encore tout à fait ouvert… Un agent me demande en thaï où je vais, je lui répond donc mais on ne voit pas mon vol sur l’écran. Il y a bien un vol pour Udon Thani mais il est par Nok Air (Nok signifie oiseau en thai). Bon on va attendre… Je passe par l’aéroport international pour avoir 30$ qui me seront utiles lors du passage sur le friendship bridge et je reviens à l’aéroport domestique.
Finalement les lumières s’allument, l’air conditionné se met en marche, l’aéroport prend vie, les guichets s’ouvrent. Je vais donc m’enregistrer avec mon billet électronique (un simple imprimé) puis je me rend à ma porte d’embarquement pour attendre mon vol. La plupart des vols annoncés sont des Nok Air, une Low Cost réputée pour son sérieux et son service à bord (regardez les avis de consommateurs sur internet) et Thai Airways. Mon vol est un Thai Airways, compagnie internationale réputée. Au bout d’un moment on nous demande de prendre un petit bus qui nous emmène vers l’aéroport international, au pied d’un A320. Ok, j’ai la fenêtre! On me propose le journal, puis enfin l’avion se prépare au décollage…

Pas grand chose à dire sur le vol sinon qu’il est court (55 minutes) et qu’on me sert en guise de petit déjeuner des sandwiches, des fruits et du jus de fruit. On propose également du thé ou du café. Au niveau paysages, j’ai droit à une vue imprenable sur… des nuages… dommage! En revanche au décollage et à l’atterissage on peut vraiment remarquer la topologie du terrain qui est silloné de petits canaux ou partiellement inondé. L’avion fini par atterir doucement à l’aéroport d’Udon Thani, aéroport « international » qui doit bien voir en tout 4 ou 5 avions par jour, tous venant ou en destination de Bangkok. Seul présent au moment de l’atterissage, le fameux avion de Nok Air qu’on avait repéré sur le panneau d’affichage à l’aéroport.

Il me reste maintenant à sortir de l’aéroport, après un cliché de mon avion et de l’aéroport, pour me diriger vers Nong Kai. La plupart des gens présents sont des thaïs, on trouve aussi des étudiants, encore en uniforme, qui rentrent sans doute chez eux pour les vacances.

à suivre…

Leave a Reply


Parse error: syntax error, unexpected ';' in /home/clients/b17db511a1e1f64f03298066c7b1cd0d/web/wp-content/themes/Glow/footer.php on line 6